Contenu

Actions soutenues en région Centre par le Programme National pour l’Alimentation (PNA)

 

La camionnette de l’aide alimentaire, Banque Alimentaire de Touraine

La camionnette de l’aide alimentaire a commencé ses premières tournées de ramasse auprès des moyennes surfaces de l’agglomération tourangelle. L’initiative, soutenue par la Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) du Centre, la communauté d’agglomération Tour(s)plus et la ville de Tours, s’inscrit dans la campagne nationale contre le gaspillage alimentaire.

Objectif
Collecter, dans une année pleine, au moins 40 tonnes de fruits, légumes et produits frais, auprès d’une douzaine de moyennes surfaces commerciales de l’agglomération tourangelle. De quoi pouvoir distribuer l’équivalent d’au moins 80 000 repas aux plus démunis d’Indre-et-Loire.
La camionette alimentaire, Banque Alimentaire de Touraine (format pdf - 372.6 ko - 15/12/2015)

La cuisinette mobile, Banque Alimentaire du Cher


Résumé et objectifs
Depuis janvier 2011, la Banque Alimentaire du Cher a fait l’acquisition d’une Cuisinette Mobile dont l’animation et le fonctionnement ont été confiés à une conseillère en Économie Sociale et Familiale salariée de la Banque Alimentaire. Elle organise, dans de nombreuses communes du Cher, puis à l’échelle de la région Centre, différents ateliers thématiques auprès des bénéficiaires de l’aide alimentaire. L’action menée vise à promouvoir une alimentation saine et équilibrée en adéquation avec les repères du Programme National Nutrition Santé (PNNS) et celles du Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène, à favoriser l’intégration sociale et la (re)familiarisation des personnes, à lutter contre l’obésité et pour la réduction des inégalités sociales dans le domaine nutritionnel.

Contexte
Les liens entre alimentation et santé sont démontrés depuis longtemps, et des politiques publiques ont été développées, (PNNS, PNA…) tant au niveau national que régional, pour favoriser une prise de conscience des consommateurs : les personnes défavorisées constituent un public fragile, particulièrement concerné par cette question, et pour lesquelles des actions spécifiques méritent d’être conduites.

Présentation de l’action
Les ateliers-cuisines sont animés par une conseillère en Éducation Sociale et Familiale. Ils sont organisés autour d’un plat ou d’un menu complet, constituent des espaces de parole, d’échange et de valorisation des connaissances des participants. Ils peuvent comporter la détermination collective d’un repas équilibré, la réalisation collective d’un repas et sa dégustation, des discussions par rapport aux recommandations du PNSS 2, avec des thématiques telles que la valorisation des légumes et fruits frais, les équivalences protéiques, alimentation et familles nombreuses.

Cette action bénéficie d’une aide financière de la DRAAF du Centre de 5 000 Euros au titre du Programme National pour l’Alimentation.

Résultats (au 15/01/12) et perspectives
94 ateliers ont concerné 480 personnes en situation de précarité, toutes dans le département du Cher. L’année 2012 devrait permettre de mobiliser la cuisinette mobile dans d’autres départements de la région Centre.

Enseignements
Le succès de cette opération est notamment lié à la volonté politique des responsables de la Banque Alimentaire du Cher, à l’implication à temps plein de la conseillère en éducation sociale et familiale, à la conjonction de nombreux financements publics dont le renouvellement mobilise de la part du maître d’ouvrage beaucoup d’énergie et parfois d’inquiétude.

Contact

  • Madame Maud COURSEL, Conseillère en Économie Sociale et Familiale

Pour en savoir plus...
Fiche de capitalisation - Formations à partir d’une cuisinette mobile (format pdf - 248.8 ko - 15/12/2015)
Banque Alimentaire du Cher - Rue de la gare des Marchandises 18000 Bourges
Tél : 02 48 65 01 96 Fax : 02 48 65 39 73 E.mail : Banque.alimentaire18@orange.fr

Le sac à malices - Épicerie sociale d’Indre-et-Loire

Résumé et objectifs
Le projet vise à sensibiliser à l’équilibre alimentaire les populations en situation de précarité bénéficiaires des services offerts par l’épicerie sociale "Le Sac à Malices" au travers des actions suivantes :

  • réactualisation de la liste des produits proposés (groupe de travail avec les bénéficiaires, réflexion par rapport à la diversité des produits dans chaque groupe d’aliments et à leur équilibre nutritionnel..)
  • mise en place d’animations et supports, pour une meilleure connaissance des produits et leur préparation, notamment les fruits et légumes, avec participation des bénévoles de l’épicerie.
    Dans un dernier temps, réaménagement de l’épicerie permettant un repérage plus facile des différents groupes d’aliments.

Contexte
L’épicerie sociale "Le Sac à Malices" accueille un public en situation de précarité résidant sur la commune de Saint-Pierre-des-Corps. L’association propose une aide alimentaire sous forme de rétrocession de produits alimentaires et d’hygiène à 30% du prix réel de vente. En 2011, 181 familles ont été inscrites, soit 266 adultes et 350 enfants. Depuis 2004, des ateliers cuisine et de sensibilisation à l’équilibre alimentaire sont organisés par "Le Sac à Malices". Ils sont actuellement financés par l’Assurance Maladie (4 500€).
Le "Sac à Malices" a participé en 2009 et 2010 à un groupe de travail, réuni sur l’initiative de la FRAPS (Fédération Régionale des Acteurs en Promotion de la Santé), destiné à améliorer l’offre alimentaire dans les structures d’aide alimentaire. Les travaux ont été à l’origine du projet actuel d’évolution de l’épicerie sociale.

Présentation de l’action

Le réaménagement de l’épicerie sera fait avec la participation d’un groupe d’usagers, avec mise en avant des produits présentant un bon rapport qualité nutritionnelle /prix, diffusion d’informations sur les repères nutritionnels.

Des animations seront proposées en 2012 autour de produits alimentaires particuliers, avec diffusion d’informations pratiques. Elles seront mises au point par un groupe qui se réunira deux fois par mois, animé par la conseillère en économie sociale familiale, deux bénévoles et une stagiaire également conseillère en économie sociale et familiale. Ce projet bénéficie d’une aide financière de 2 000 € au titre du Programme National pour l’Alimentation.

Résultats (avril 2012) et perspectives
Un groupe de bénéficiaires s’est réuni durant quelques mois afin de proposer un éventail de produits alimentaires réactualisé : des produits jugés peu intéressants ont été supprimés, d’autres ont été introduits afin de diversifier l’offre sur les rayonnages. Des interventions pratiques pour promouvoir la consommation de fruits et légumes et faire vivre les supports recettes vont être mises en place. Il est prévu de réaliser des préparations culinaires avec les bénéficiaires, à partir des produits vendus (recettes, modes de cuisson, astuces et techniques..) et enfin de faire déguster à l’ensemble des usagers présents les produits cuisinés.

Enseignements
Difficultés :

  • les modifications des habitudes alimentaires ne peuvent être mesurées à court terme.

Acquis positifs  :

  • adhésion des bénéficiaires aux actions mises en place,
  • davantage d’achats de fruits et légumes méconnus ou inhabituels,
  • demandes spontanées de fiches recettes équilibrées, économiques et faciles à réaliser de la part des bénéficiaires pendant et hors le temps de vente.

Contact

  • Présidente, Mme Colette PESNEL, Tél. 02 47 44 04 05

Manger un plaisir simple et naturel, Hôpital de Dreux

Résumé et objectifs
Dans un contexte social de forte précarité sociale, le projet soutenu par le PNA et le PNNS vise à améliorer les habitudes alimentaires des habitants de Dreux/Vernouillet et sa périphérie. Il correspond à une approche globale permettant de prendre en compte les déterminants psycho-sociaux des comportements alimentaires, et des méthodes interactives basées sur la pédagogie de l’enfant et de l’adulte.

Contexte
L’agglomération de Dreux, au nord de la Beauce, se caractérise par une forte prédominance du chômage et de la précarité sociale. Cette situation génère d’importantes disparités dans les comportements alimentaires, du fait de nombreux facteurs :

  • isolement,
  • manque de repères mettant en péril le modèle alimentaire français,
  • insuffisance de ressources limitant l’accès à certains aliments,
  • influence de la pression médiatique et publicitaire sur les modes de consommation,
  • méconnaissance du lien alimentation-santé,
  • existence de problèmes considérés comme prioritaires par rapport à l’alimentation par ces populations.

L’unité de Prévention et d’Éducation du Centre Hospitalier de Dreux assure depuis quinze ans, en liaison avec les acteurs de l’enseignement et des secteurs sociaux et sanitaires, un programme de prévention et d’éducation dans une logique de santé communautaire auprès des populations du bassin de Dreux-Vernouillet.

Présentation de l’action

Le projet prévoit plusieurs types d’interventions :

  • des cycles programme éducatif de 4 à 6 séances, interventions variées (découverte fruits et légumes de saison : dégustation, atelier-cuisine ; informations sur les modes de production : visite chocolaterie, ferme, jardin, organisation cueillette…),
  • une intervention lors d’une journée-phare : le salon de la petite enfance de Dreux le 8/10/11,
  • des animations sur l’alimentation des enfants de 0 à 3 ans dans les crèches et les haltes-garderies. Outils ludiques, interactifs et adaptés à la population, brochures et affiches du PNNS. Cette action bénéficie d’une aide financière de 5 000€ au titre du PNA.

Résultat au 15 mai 2012 : 86 personnes ont bénéficié des animations.
Perspectives : réitérer les actions en fonction des subventions accordées.

Enseignements
Points positifs :

  • le cycle de plusieurs séances permet une mise en confiance, puis une progression possible vers des changements d’habitude alimentaire,
  • vertus du groupe et des échanges entre pairs,
  • mise à jour et/ou acquisition d’informations sur l’équilibre alimentaire,
  • acquisition d’un regard critique sur les messages nutritionnels relayés par les médias en aidant les personnes à retrouver le plaisir de manger, à table, ensemble, de façon simple et naturelle.

Points négatifs :

  • malgré les points positifs des animations, il faut rester conscient de la difficulté de modifier les comportements alimentaires chez un public en précarité sociale,
  • pour le cycle d’activité, il est difficile de « fidéliser » des personnes sur toute la durée du cycle.

Pour en savoir plus...
Fiche de capitalisation - Manger, un plaisir simple et naturel (format pdf - 253.1 ko - 15/12/2015)

Contact

  • Mélina GUILLET
    Chargée de prévention surpoids-obésité
    Unité de Prévention et d’Éducation.
    Centre Hospitalier Victor Jousselin
    44, avenue du Président Kennedy
    BP 69 28102 DREUX cédex

Les P’tits Déjeuners malins, Centre communal d’action sociale de Vernouillet


Contexte
L’épicerie sociale de Vernouillet mène depuis plusieurs années des actions de sensibilisation à une meilleure alimentation des bénéficiaires de l’aide alimentaire comme la distribution aux bénéficiaires en situation de précarité, de produits frais (fruits et légumes) à titre gracieux, afin de favoriser une alimentation saine et diversifiée. A ce titre, des actions collectives ponctuelles tels que les ateliers cuisine sont organisés afin d’aborder la notion d’équilibre alimentaire.
213 familles ont été aidées soient 1 185 bénéficiaires dont 293 enfants (de 0 à 18 ans). Près de 61% des bénéficiaires ayant reçu une aide alimentaire en 2010 vivaient avec moins de 1,50€ par jour et par personne.

Présentation de l’action
Les bénéficiaires sont les habitants du quartier des Vauvettes et Tabellionne (ZUS), y compris des enfants de 5/11 ans. Le service social du CCAS de Vernouillet et les Bénévoles de l’Épicerie sociale interviennent avec l’appui de l’unité de Prévention et d’Éducation du Centre Hospitalier de Dreux.
4 petits déjeuners pédagogiques ont été organisés, avec l’appui de l’animatrice diététicienne. Toute l’équipe du service social travaille dans le but de mobiliser nos bénéficiaires afin de constituer un groupe (entre vingt et trente personnes) composé de parents et d’enfants.

L’animation, d’une durée de trois heures, est étayée par des outils pédagogiques, des jeux et une présentation détaillée des aliments.

Résultats
Un bilan de chaque séance est réalisé avec les bénéficiaires.

Perspectives
Le travail sera poursuivi en 2013 avec un public plus âgé (11/16 ans) et ouvert à d’autres quartiers de la ville.

Enseignements
Points forts :

  • ambiance et atmosphère de convivialité,
  • présence de pères de famille aux côtés du public féminin,
  • mixité culturelle lors de la phase d’échanges sur les habitudes et les représentations,
  • qualité et fraîcheur des produits mis à disposition par l’Épicerie Sociale (notamment les différents pains),
  • qualité de l’intervention de la diététicienne rompue à l’animation de nombreux types de publics.

Points faibles :

  • l’animation dans sa dernière demi-heure a paru un peu longue, le timing devra être un peu accéléré, notamment pour maintenir une totale attention des enfants en fin de matinée.
  • certaines personnes ont fait preuve de retenue voire de timidité sans toutefois rester isolées.
  • la quantité de fromages prévue était trop importante mais il n’y a pas eu de gaspillage (denrées mises à disposition des bénéficiaires).

Pour en savoir plus...
Fiche de capitalisation - Les petits Déj’Malins (format pdf - 289.5 ko - 15/12/2015)

Contact

  • Isabelle LE QUELLEC/ Noureddine ELBEY
    Service Social
    CCAS de VERNOUILLET
    Esplanade du 8 Mai 1945
    BP20113
    28509 VERNOUILLET cédex
    Tel : 02 37 62 85 30
    Mail : isabelle.lequellec@vernouillet 28.fr et noureddine.elbey@vernouillet28.fr