Contenu

États généraux de l’alimentation : le séminaire régional du 16 octobre

En région Centre-Val de Loire, l’organisation des états généraux de l’alimentation a été confiée à la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt en associant étroitement les principaux partenaires régionaux.
Un séminaire d’une journée, introduite par le Préfet de région, Jean-Marc FALCONE, et clôturée par le Président du Conseil régional Centre-Val de Loire, François BONNEAU, a réuni environ 180 personnes, le 16 octobre 2017, au lycée agricole de la Saussaye en Eure-et-Loir.

Ouverture du séminaire par le Préfet de région, Jean-Marc FALCONE Introduction du séminaire par le directeur régional de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt, Jean-Roch GAILLET

Des réflexions au travers de 6 ateliers

Les réflexions sont remontées au travers de 6 ateliers détaillés dans le programme du séminaire. Les thèmes choisis sont issus de la double volonté :

  • de laisser des débats très ouverts, comme l’atelier sur la répartition de la valeur
  • d’ébaucher des pistes concrètes de transformation sur des thèmes plus ciblés
    • les circuits de proximité soulèvent des questions de sécurité sanitaire mais aussi de logistique à mettre en place.
    • la lutte contre le gaspillage se pose en termes de gaspillage au champ et tout au long de la filière bien avant l’assiette. La possibilité de glanage par des associations caritatives soulève des problèmes de droit du travail, etc.

Pour lever certains freins, un travail en interministériel est nécessaire, d’où le choix d’une implication, dès ce séminaire, de plusieurs directions régionales (DREAL, DIRECCTE et DRDJSCS).

Chaque thème a été traité à partir de l’expérience d’un ou plusieurs témoins de la région. Il a ensuite été traité sous le format forces/faiblesses/opportunités/menaces pour aboutir à des propositions concernant le territoire de la région.

Synthèse des travaux

Les réflexions et propositions, ont été synthétisées dans un document transmis au ministre de l’agriculture et de l’alimentation afin qu’elles puissent facilement être intégrées à la synthèse nationale.