Contenu

La conjoncture élevage 2017

Octobre 2017

La rentrée redonne vie au commerce. Les principaux bénéficiaires sont l’activité d’abattage, en belle progression, et les jeunes bovins dont les cours se sont nettement améliorés. Les autres catégories de bovins se maintiennent difficilement.

La chute des prix du porc ne passe pas inaperçue, en France et chez nos voisins européens.

Le repli des cours de l’agneau inquiète.

Les exports de broutards ont bien repris, mais sans égaler ceux de 2016.

la conjoncture élevage d’octobre 2017 - la publication (format pdf - 913.3 ko - 19/10/2017)
la conjoncture élevage d’octobre 2017 - les données (format xls - 215 ko - 19/10/2017)

Juillet 2017

Le succès de la volaille ne se dément pas dans les abattoirs et les assiettes.

Les cours de la viande évoluent en ordre dispersé. La consommation de viande bovine souffre de la fermeture des restaurants scolaires et de la canicule. L’agneau rebondit. Le porc français regagne quelques centimes, mais reste loin de son cousin allemand.

Les exports de broutards sont de bonne tenue, avec une demande plus dynamique pour les charolais que pour les limousins.

la conjoncture élevage de juillet 2017 - la publication (format pdf - 919.7 ko - 13/07/2017)
la conjoncture élevage de juillet 2017 - les données (format xls - 207 ko - 13/07/2017)

Mai 2017

Les agriculteurs privilégient les travaux printaniers dans les champs au détriment des apports sur les marchés de leurs animaux. La demande est régulière et peine à être satisfaite, au bénéfice des cours des gros bovins.

Par contre, les prix des jeunes bovins et des veaux ne suivent pas cette tendance. La courbe ascendante du prix de kilo de porc ne se dément pas et l’agneau tire profit des fêtes de Pâques.

La hausse saisonnière des abattages régionaux est bien marquée et concerne toutes les catégories.

la conjoncture élevage de mai 2017 - la publication (format pdf - 604.9 ko - 18/05/2017)
la conjoncture élevage de mai 2017 - les données (format xls - 210 ko - 23/05/2017)

Mars 2017

La modestie de l’offre soutient les cours de la viande en ce début d’année. Les cours des bovins se stabilisent, voire progressent, à la faveur d’une demande à l’exportation pour les broutards.

Le prix du porc est toujours ferme. Seul le cours de l’agneau poursuit sa chute, lesté par la faiblesse de la
consommation hexagonale.

Les abattages régionaux de volailles se distinguent en janvier : ils restent dynamiques en dépit du reflux attendu après les fêtes de fin d’année.

la conjoncture élevage de mars 2017 - la publication (format pdf - 880.8 ko - 14/03/2017)
la conjoncture élevage de mars 2017 - les données (format xls - 125.5 ko - 23/03/2017)