Contenu

La conjoncture générale agricole bimestrielle 2015

Du blé en abondance, mais nettement moins de maïs et de betteraves

L’abondante récolte de blé arrive dans un contexte de marché plus favorable. Après trois mois consécutifs de baisse, les cours repartent à la hausse. A l’international, la compétitivité des céréales françaises se renforce.

Contrairement au blé tendre, les cultures de printemps ont souffert d’un été chaud et sec et les récoltes de maïs s’annoncent très contrastées. Les marchés légumiers et fruitiers ralentissent avec la transition automnale dans un climat serein. La récolte de pommes et de poires se présente dans
la moyenne.

La vendange 2015 dessine un cru prometteur, mais de qualité hétérogène selon les appellations. Les vins du Centre-Loire rencontrent un francsuccès.

Mise à part l’herbe toujours disponible, la situation de l’élevage ne s’améliore pas. C’est à peine une accalmie avec la perspective de reprise des cotations en broutards, mais les cours sont toujours moroses.

la conjoncture de novembre 2015 - la publication (format pdf - 1.1 Mo - 23/11/2015)
la conjoncture de novembre 2015 - les données (format xls - 295.5 ko - 23/11/2015)

Le contraste entre les bons rendements des céréales à paille
et un maïs touché par la sécheresse

Les craintes suscitées par la canicule sont levées pour les céréales à paille et le bilan de moisson est rassurant, à la fois en quantité et en qualité. Par contre, les perspectives restent pessimistes pour le maïs, durement touché par la sécheresse.

L’arrosage a limité l’impact de la canicule sur les production de fruits et légumes et le bel été a été propice à la consommation. Avec des conditions aussi sèches, la pression des maladies et des parasites sur le vignoble s’est faite discrète. Concernant les vignes, les rendements sont suspendus aux conditions climatiques des semaines à venir.

Excepté les veaux de boucherie, les cotations des viandes progressent ou se maintiennent au dessus de 2014, mais ce frémissement n’est pas encore qualifié d’embellie par les éleveurs.

la conjoncture de septembre 2015 - la publication (format pdf - 906.4 ko - 10/11/2015)
la conjoncture de septembre 2015 - les données (format xls - 290 ko - 10/11/2015)

Un peu de pluie ferait du bien aux grandes cultures

Les conditions de culture des céréales se maintiennent durablement à un niveau optimal. De mémoire de Céré’Obs, c’est une première. Néanmoins, des signes de déficit hydrique apparaissent après un mois de mai plutôt sec. Les bonnes perspectives de production mondiale orientent les cours à la baisse.

La chaleur serait bienvenue pour dynamiser la vente des concombres et la pousse des salades. Des conditions climatiques assez sèches et des cours en progrès rassurent en ce début de saison viticole.

Les prix des bovins et du porc se maintiennent sans enthousiasme tandis que celui de l’agneau entame sa baisse saisonnière. Seul le commerce des broutards, tiré par la demande turque, affiche une belle dynamique.

la conjoncture de juin 2015 - la publication (format pdf - 929.3 ko - 10/11/2015)
la conjoncture de juin 2015 - les données (format xls - 237.5 ko - 10/11/2015)

Des conditions de culture favorables pour les céréales

Selon les premières estimations, les superficies en blé et colza sont en extension pour cette campagne. Ce sont les surfaces en blé dur qui présentent la hausse la plus marquée. Soumis à de multiples facteurs, les cours n’affichent pas de tendance d’évolution claire au cours de ces premiers mois de l’année.

Le printemps annonce la fin de saison des fruits et légumes d’hiver, notamment la poire et le poireau. Pour ce dernier, cette campagne a été de nouveau très décevante.

la conjoncture d’avril 2015 - la publication (format pdf - 878.4 ko - 10/11/2015)
la conjoncture d’avril 2015 - les données (format xls - 222.5 ko - 10/11/2015)

Les céréales d’origine française et européenne plus compétitives sur la scène internationale

Le conseil international des céréales relève la prévision de production mondiale à deux milliards de tonnes. Les stocks seraient à un niveau jamais atteint depuis 30 ans.

La compétitivité des céréales est soutenue par la baisse de l’euro face au dollar. FranceAgriMer a revu à la hausse ses estimations d’exportation de blé français vers les pays tiers.

la conjoncture de février 2015 - la publication (format pdf - 2 Mo - 10/11/2015)
la conjoncture de février 2015 - les données (format xls - 263.5 ko - 10/11/2015)