Contenu

La conjoncture générale agricole bimestrielle 2017

la conjoncture de septembre

Une bonne moisson, conforme aux attentes

Le rebond tellement espéré après le sévère épisode 2016 se confirme. La production régionale retrouve un niveau habituel de production et la qualité est au rendez-vous. Les maïs semblent vouloir s’inscrire dans le sillage des céréales à paille.

Les cours n’affichent pas la même embellie, lestés par les belles récoltes mondiales et un euro fort.

Le concombre n’affiche pas le dynamisme des années précédentes et se trouve en crise conjoncturelle.

2017 est décidément bien différente de 2016. L’euphorie des cours du porc s’estompe doucement.

la conjoncture de septembre 2017 - la publication (format pdf - 790.7 ko - 15/09/2017)
la conjoncture de septembre 2017 - les données (format xls - 227 ko - 29/09/2017)

la conjoncture de juin

Après le gel et la sécheresse, l’incertitude plane

Le mois de mai est heureusement venu accompagné de la pluie.Cette dernière était attendue compte tenu de la pression exercée par le déficit pluviométrique sur les grandes cultures.

La fraise tire son épingle du jeu parmi des productions légumières qui souffrent de la fraîcheur des températures, entamant le volume des productions et l’envie des consommateurs.

Les gelées s’invitent à nouveau cette année dans les vignobles et les vergers de la région, avec des dégâts encore incomplètement évalués.

Les cours de la viande évoluent en ordre dispersé. Gros bovins et broutards profitent d’une offre restreinte. Bien qu’en repli, les cours du porc et de l’agneau se situent à un niveau satisfaisant.

la conjoncture de juin 2017 - la publication (format pdf - 1.2 Mo - 19/06/2017)
la conjoncture de juin 2017 - les données (format xls - 215 ko - 19/06/2017)

la conjoncture d’avril

Une sortie d’hiver ordinaire

Les cultures de printemps sont en cours d’emblavement. Celles d’hiver montrent du retard dans leur développement. Elles bénéficient de conditions correctes, parfois malmenées par les limaces et les viroses. Avec des stocks mondiaux conséquents et des grands producteurs sereins, les cours s’orientent à la baisse.

La fin de saison est désormais toute proche pour les fruits et légumes d’hiver. Le concombre est déjà sur les étals. Laitues et asperges se préparent à faire leur entrée.

Avec des conditions climatiques favorables ces derniers jours, le débourrement de la vigne se profile. Le prix des vins du Val de Loire ne cesse de progresser.

En dépit d’une consommation de viande sans enthousiasme, les cours résistent. Les bovins frémissent. A l’approche de Pâques, l’agneau rebondit. Le prix du porc continue de grimper.

la conjoncture d’avril 2017 - la publication (format pdf - 976 ko - 14/04/2017)
la conjoncture d’avril 2017 - les données (format xls - 214.5 ko - 19/04/2017)

la conjoncture de février

Les cultures d’hiver ont eu du mal à s’implanter dans des sols trop secs.

Par rapport à la campagne précédente, les surfaces de cultures d’hiver régressent en région. Blé dur et colza semblent particulièrement touchés, d’autant plus que les caprices de la météo ont perturbé les semis et les levées. Les cours n’évoluent guère compte tenu de l’abondance de l’offre mondiale.

La tendance est bien différente pour les vins du Val de Loire, dont les prix affichent une belle progression. La petite vendange 2016 ne permet cependant pas à tous les viticulteurs de se réjouir.

Les péripéties de l’année 2016 se ressentent aussi dans les chambres froides. Avec une cueillette peu abondante, les stocks de pommes présentent un faible niveau.

Les cours des viandes affichent des évolutions contrastées : dynamisme pour le porc et les broutards, dégringolade pour l’agneau et atonie pour la viande bovine.

la conjoncture de février 2017 - la publication (format pdf - 876.7 ko - 15/02/2017)
la conjoncture de février 2017 - les données (format xls - 234 ko - 16/02/2017)