Contenu

Le Virus de la tomate - ToBRFV

Le ToBRFV (virus du fruit rugueux brun de la tomate) est un virus dangereux pour les plantes potagères, en particulier les tomates et les poivrons.

Première détection en France

Il a été détecté pour la première fois en France en février 2020 dans des serres du Finistère. Ce virus est principalement véhiculé par les plants et les semences, ainsi que par l’activité humaine (manipulation, outils...).

La dangerosité du virus vient de sa facilité de transmission : un simple contact par les mains, les vêtements, les outils, les insectes ou tout autre support contaminé transmet la maladie à la plante.
La transmission se fait de plante à plante mais aussi de semence à plante. La lutte contre l’introduction du virus est l’affaire de tous. Elle passe par des mesures de biosécurité et de contrôle sur les semences, les plants, le matériel et les personnes. La surveillance régulière et précise des cultures doit permettre la mise en œuvre rapide des mesures de protection et de limiter l’impact et la dissémination en cas de contamination."

En vertu de l’article 5 de l’arrêté ministériel du 11 mars 2020 relatif à la lutte contre le ToBRFV, les opérateurs professionnels doivent élaborer un plan de surveillance relatif au ToBRFV sur la base d’une analyse de risques. Ce plan de surveillance doit permettre la mise en œuvre d’autocontrôles suivant une analyse de risque établie à l’échelle du site ou de l’unité de production et ce, à des périodes propices à l’observation de symptômes.

  • L’instruction technique DGAL/SDQSPV/2020-237 (format pdf - 1.4 Mo - 14/04/2020) précise les critères à prendre en compte par les opérateurs professionnels afin de réaliser cette analyse de risques et cibler au mieux la surveillance dans les établissements.
  • L’instruction technique DGAL/SDQSPV/2020-280 (format pdf - 764.1 ko - 27/05/2020) indique les modalités de gestion de l’unité de production à la suite de la découverte d’un foyer de ToBRFV par l’opérateur professionnel

Pour en savoir plus...

Consultez les fiches de recommandations auprès des professionnels :

La FAQ sur le site du ministère.