Contenu

Le lycée agricole de Vendôme près du cercle polaire.

Dans le cadre de leur projet Erasmus+, une délégation de 8 membres de la communauté éducative de l’établissement public d’enseignement agricole du Loir-et-Cher s’est rendue du 25 au 31 mars en Finlande pour une visite d’étude.

Enseignantes, documentaliste, conseillère principale d’éducation et comptable des lycées agricoles de Blois et Vendôme ont découvert le système éducatif finlandais, connu et reconnu pour ses très bons résultats aux évaluations internationales PISA (Program for International Student Assessment).

L’objectif principal de cette mobilité était de comprendre cette réussite, la place donnée à l’apprenant, son accompagnement dans la réussite de sa scolarité, l’usage des nouvelles technologies et la visite du Lycée franco-finlandais d’Helsinki a été une entrée en matière très intéressante.
Le second était d’identifier des partenariats possibles entre les établissements.

Installé sur le campus agricole de Mustiala, le groupe, accompagné de Monna Alatalo (enseignante et responsable des échanges internationaux) a consacré la semaine à la découverte de l’enseignement agricole finlandais.
Répartis sur 7 sites l’Université de Sciences Appliquées de Hämeenlinna (HAMK) propose à ses 350/400 étudiants un enseignement aussi bien professionnel technologique qu’universitaire en agriculture.
Les différentes visites techniques de fermes, serres, laboratoires de bio-technologie et de génie alimentaire, d’espaces naturels ont permis d’avoir des échanges diversifiés et fructueux avec les collègues, les directions des établissements et les étudiants, permettant ainsi d’imaginer des opportunités pour d’autres mobilités de stage élèves/étudiants ou personnels.

Si tout était encore pris dans la neige et avec des températures négatives, il était impossible de quitter ce pays sans s’offrir un moment de détente au sauna (un incontournable de la culture finlandaise) et pour les plus courageux, une immersion dans un de ses 190 000 lacs gelés.
Un voyage passionnant, qui sera présenté au sein des différents lycées pour qu’il puisse susciter d’autres vocations et inviter à ouvrir la réflexion sur l’école que nous souhaitons en ce début de XXIe siècle.

La coopération internationale dans l’enseignement agricole

  • L’ouverture sur l’Europe et l’international compte parmi les missions de l’enseignement agricole qui échange et coopère avec près d’une centaine de pays, en priorité avec les membres de l’Union européenne. Depuis 30 ans, le programme Erasmus+ s’est imposé dans le parcours éducatif des jeunes. Cette ouverture à l’international traduit la capacité d’adaptation de l’enseignement agricole aux évolutions de notre époque.
  • Pourquoi faire de la coop inter ?
    • pour contribuer à l’exercice de la citoyenneté, à l’ouverture inter-culturelle, à leurs développements personnel et professionnel par la mobilité,
    • pour former des professionnels ouverts aux enjeux internationaux,
    • pour contribuer à la dynamique de l’espace européen éducatif,
    • pour valoriser le potentiel français d’expertise à l’international,
    • pour participer à des projets multipartenariaux ancrés dans les dynamiques territoriales.
  • "La construction de l’espace européen de l’enseignement et de la recherche est un chantier national dans lequel l’enseignement agricole technique et supérieur entend jouer pleinement son rôle. Le programme Erasmus + est, sans conteste, l’outil emblématique de cette construction. Il permet à nos établissements de former des futurs professionnels conscients d’appartenir à cet espace commun", explique Philippe Vinçon, directeur général de l’enseignement et de la recherche (DGER) au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.