Contenu

Les métiers de l’industrie du bois

 

Les métiers de l’industrie du bois, valoriser la forêt.
Utiliser le bois ne détruit pas la forêt, mais permet au contraire à celle-ci de se régénérer. La 1° transformation du bois regroupe les entreprises autour de 3 grands pôles : scierie, panneaux et emballage.
Le sciage est la première étape dans la valorisation de ce matériau. Le bois est transformé en planches. Les sous-produits du sciage sont recyclés pour fabriquer de la pâte à papier, des panneaux bois, alimenter des chaudières-bois.

Aujourd’hui les scieries profitent du regain d’intérêt pour le bois, notamment dans la construction et le chauffage. De plus, les scieries sont à la pointe du progrès (pilotage automatique des installations, informatisation) et les métiers ont évolué en conséquence.
De nombreux emplois sont à pourvoir.


Opérateur (trice) de scierie, préparer et manipuler le bois

  • Descriptif de l’activité

L’ouvrier manipule le bois tout au long de la chaîne de production. Il trie et prépare les bois, en assure le transfert vers et à partir des machines de coupe. Il alimente, conduit et effectue les réglages au niveau des machines d’écorçage, de délignage ou encore d’éboutage ou de sciage. Il est susceptible également d’effectuer la manutention des éléments sciés et notamment leur empilage.
Ce métier s’exerce généralement en équipe, sur un parc à grumes en plein air, ou dans un vaste atelier semi-ouvert d’une scierie ou en section « débit » d’un atelier de transformation du bois.
L’activité s’effectue en station debout, dans un environnement parfois exposé au bruit et à la poussière. Certains postes bénéficient d’un aménagement des conditions de travail (position assise en cabine prisonnière). Des déplacements sur l’aire de débit sont nécessaires.

  • Compétences requises

L’opérateur de scierie est polyvalent et a le goût de la précision, la fabrication du produit demandant une attention de tous les instants.Il doit particulièrement connaître le bois et les essences, être habile pour manipuler les bois et avoir une certaine endurance. Il faut appliquer les instructions précises et les consignes de sécurité.
Il faut savoir réagir pour résoudre des problèmes inhérents à la technique utilisée et répondre aux situations imprévues. .en cas d’aléas.
Il faut également avoir l’esprit d’équipe et

  • Emplois et évolutions

Ce métier est accessible généralement avec une adaptation au poste de travail et une pratique de plusieurs mois acquises dans l’entreprise.
Les emplois sont en scierie et/ou dans le secteur de l’emballage en bois. Avec de l’expérience et/ou une formation complémentaire, il est possible d’accéder à des responsabilités plus importantes : conducteur de scie de tête, responsable d’équipe, affûteur, classeur de bois, conducteur de séchoir.
Les besoins en main d’oeuvre qualifiés sont importants. Le taux d’insertion est élevé !


Mécanicien(ne)-Affûteur, un métier de précision au service de la transformation

  • Descriptif de l’activité

Toute la production de la scierie et la valorisation des bois sciés sont conditionnées par le travail de l’affûteur. C’est lui le responsable de l’entretien de l’ensemble de l’outillage de la scierie. Il joue un rôle essentiel dans l’optimisation de la coupe. Il effectue l’entretien du corps de l’outil et notamment des lames de scie grâce à différentes opérations comme le planage, le tensionnage, le dressage, l’entretien de la denture et l’affûtage. Responsable de l’outillage de la scierie, le mécanicien-affûteur est chargé d’une mission à la fois préventive et curative : contrôler l’état des outils de coupe nécessaires au sciage du bois et les remettre en état périodiquement.
Il redresse, affûte et rend plus rigide la denture des lames au moyens de différentes techniques. Il peut également intervenir sur l’entretien des machines de l’atelier et optimiser les réglages. Afin d’effectuer les réparations dans les meilleures conditions, il exerce son métier dans un atelier réservé à l’entretien des outils.

  • Compétences requises

Il faut bien connaître le bois que les métaux des outils et les techniques de coupe. Concentration, précision, dextérité, rigueur, et sens de l’organisation sont les principales qualités du métier ! De l’efficacité de son intervention dépend le bon fonctionnement de la chaîne de production : rendement des machines et qualité de l’état de surface du bois.
Il faut être capable de réagir très rapidement en cas de panne. Indépendant et autonome, il décide de la nature des opérations à effectuer.

  • Emplois et évolutions

Des pros très recherchés. Les principaux employeurs sont les scieries. Après plusieurs années d’expérience, le mécanicien-affûteur peut évoluer vers un poste de responsable d’atelier ou être amené à diriger l’équipe d’entretien.