Contenu

Les métiers de la forêt

 

Travailler dans la forêt, c’est vivre avec la nature.
La forêt est le pôle en amont de la filière bois qui assure la sylviculture et l’exploitation forestière.

  • La sylviculture est l’ensemble des techniques qui permettent de gérer durablement la forêt au travers notamment de la plantation, de l’entretien des peuplements, du maintien de l’état sanitaire des forêts.
  • L’exploitation forestière est l’ensemble des techniques qui permettent la récolte rationnelle des arbres.

La mécanisation est de plus en plus présente : les salariés utilisent des engins perfectionnés et la gestion des parcelles utilise les outils de géolocalisation.
Les niveaux de qualification demandés sont de plus en plus élevés.

Sylviculteur (trice), l’art de cultiver la forêt

  • Descriptif de l’activité

Sa tâche consiste à réaliser l’ensemble des travaux d’entretien des peuplements forestiers.
Ce travail, essentiel, conditionne l’évolution des jeunes peuplements. Il intervient avec attention à chaque étape de la vie d’un arbre.
Le sylviculteur assure  la plantation, dégage les jeunes peuplements (semis ou plantations) en coupant les essences indésirables, taille, élague et dépresse les brins d’avenir, entretient les routes et chemins forestiers et les aménagements touristiques, suit les protections contre le gibier, et abat les bois de faible diamètre. Son action est relayée par celle du bûcheron qui se charge de la récolte des bois.

  • Compétences requises

Ce travail nécessite de bonnes connaissances du milieu forestier, des différentes essences, de leurs exigences et de leurs règles de culture. Il faut être habile de ses mains pour planter, élaguer ou couper un arbre et pour manier débroussailleuses et tronçonneuses sans causer de dommages. Santé et endurance physique sont exigées, car le sylviculteur travaille tous les jours en plein air et par tous les temps.

  • Emplois et évolutions

Pépinières forestières, entreprises de travaux forestiers, ONF, coopératives forestières, propriétaires privés et communes. Evolution possible vers le métier de garde forestier, ou être à son compte en tant qu’entrepreneur de travaux forestiers.
Les besoins en main d’œuvre qualifiée sont importants.


Bûcheron, un métier de plein air

  • Descriptif de l’activité

C’est un ouvrier qualifié pour exécuter des coupes de bois en forêt aux moyens d’outils et d’engins de plus en plus performants qu’il doit savoir entretenir. Sa tâche consiste à abattre les arbres sans faire de dégâts aux peuplements (jeunes semis, arbres voisins), à les ébrancher, et les classer (bois d’œuvre, bois de chauffage, bois d’industrie), pour faciliter le travail du débardeur.
Il doit tenir compte des cahiers des charges, savoir reconnaître le marquage des arbres, être capable de calculer le volume de bois abattu, connaître les règles de sécurité du travail, surveiller la réalisation des coupes et des travaux.

  • Compétences requises

Ce travail nécessite de bonnes connaissances des règles de l’exploitation forestière et de la sylviculture. Le respect des consignes de sécurité est indispensable. Le métier s’adresse à des personnes qui aiment les travaux manuels et ont une grande habileté. et une certaine maîtrise. Il faut avoir aussi le sens de l’orientation !
Santé et endurance physiques sont exigées, car le bûcheron travaille tous les jours en plein air et par tous les temps. Il travaille le plus souvent en petite équipe, mais doit savoir s’organiser seul.

  • Emplois et évolutions

Entreprises de travaux forestiers, ONF, ouvriers forestiers, coopératives forestières, propriétaires privés et communes. Un bûcheron peut devenir chef d’équipe, être à son compte en tant qu’entrepreneur de travaux.


Technicien forestier, un conseiller technique

  • Descriptif de l’activité

Le technicien(ne) forestier(ère) est chargé de la gestion de la forêt en vue d’une bonne production de bois, dans le respect de l’environnement et de la biodiversité selon les "principes de la gestion durable de la forêt". Il gère et coordonne des moyens humains et techniques reliés à la gestion et à l’exploitation des forêts situées sur un territoire.
En forêt privée, il est chargé du développement forestier, des conseils aux propriétaires, de l’élaboration et du contrôle des plans de gestion. En forêt publique à l’ONF, il est responsable d’une surface forestière : il collabore à la définition du plan d’aménagement forestier, assure l’encadrement du travail des agents techniques et ouvriers forestiers, comme le marquage des bois en vue de leur coupe, les travaux d’entretien, des plantations.

  • Compétences requises

C’est à la fois un travail de terrain et de bureau.
Il possède de bonnes connaissances sur le milieu forestier afin de proposer des opérations techniques sylvicoles pertinentes, évaluer et maîtriser les coûts des travaux.
Il communique et travaille en équipe. Il sensibilise les différents partenaires de la filière bois et de la gestion forestière.

  • Emplois et évolutions

Il travaille soit en forêt publique, à l’ONF, soit en forêt privée, dans les Centres Régionaux de la Propriété Forestière (CRPF), ou dans les organismes de gestion et d’exploitation forestière, telles que les coopératives forestières par exemple. Avec de l’expérience, il peut également travailler en indépendant (expert forestier ou équivalent), pour le compte de propriétaires forestiers privés.
Evolution possible vers le métier d’ingénieur forestier.


Conducteur (trice) d’engins forestiers

  • Descriptif de l’activité

Le Conducteur(trice) d’engin forestier exécute des travaux d’abattage et de façonnage (ébranchage et tronçonnage) au moyen d’une abatteuse multifonctionelle.
Il peut aussi assurer le débardage qui consiste à enlever les grumes et les billons et les transporter en bordure de route, pour être stockés puis repris par un transporteur.
Il existe 2 types d’engins pour débarder le bois : le porteur qui débarde des bois de petite longueur et  le skidder/débusqueur, qui tire les bois de grande longueur jusqu’à l’aire de stockage.

  • Compétences requises

Le conducteur(trice) d’engin forestier doit posséder de bonnes notions de sylviculture, afin de différencier les essences d’arbres et de pouvoir réaliser les éclaircies. Il connaît le milieu forestier et les contraintes environnementales.
Il assure l’entretien quotidien de son matériel et effectue les premiers dépannages.
Une bonne connaissance des règles de sécurité est impérative.
Autonomie, prise d’initiative et de bons réflexes sont aussi indispensables.
Grâce à la cabine chauffée ou climatisée, le conducteur d’engin forestier travaille par n’importe quel temps. Toutefois, il peut être amené à cesser un chantier pour des raisons de portance insuffisante du terrain ou lors de la montée de sève au printemps pour éviter d’abîmer les arbres.

  • Emplois et évolutions

Entreprises de travaux forestiers, exploitants forestiers, coopératives forestières et autres sociétés d’approvisionnement en bois.
Possibilité de s’installer à son compte comme entrepreneur de travaux forestiers.