Contenu

Les pratiques culturales

les pratiques phytosanitaires sur les pommiers dans le Centre-Val de Loire en 2011

Un vaste arsenal de méthodes de lutte contre la tavelure.

Le nombre de traitements appliqués sur les pommiers du Centre-Val de Loire, de l’ordre de 36 par an, s’aligne sur la moyenne nationale.

Ces traitements visent essentiellement les maladies provoquées par des champignons ou des bactéries. Sous nos latitudes assez humides, la principale maladie à vaincre est la tavelure.

Les pomiculteurs enherbent quasiment tous leurs vergers et recourent donc très peu aux herbicides.
Sensibilisés à réduire et optimiser l’utilisation des produits phytosanitaires, ils s’engagent dans des
démarches de qualité.

Le déclenchement des traitements se fait surtout au vu de la situation sanitaire régionale. Méthodes de prévention et de lutte alternative sont également mises en oeuvre.

les pratiques phytosanitaires sur les pommiers en 2011 - la publication (format pdf - 1.2 Mo - 26/04/2016)
les pratiques phytosanitaires sur les pommiers en 2011 - les données (format xls - 211 ko - 11/05/2016)

les pratiques culturales en viticulture bio en 2013

Davantage de traitements mais moins nocifs.

Les surfaces de vignes en mode biologique sont en forte croissance, tirées par un marché toujours plus demandeur. Les ventes de vins bio sont en plein essor.

Si la protection fongicide est plus intense du fait des caractéristiques des produits utilisés, les insecticides sont beaucoup moins fréquents.

Les herbicides brillent par leur absence et sont remplacés par une lutte mécanique pour maîtriser
l’enherbement. Au final, les parcelles en bio reçoivent plus de traitements, mais aucun produit chimique de synthèse.

les pratiques culturales viticulture bio 2013 - la publication (format pdf - 675.2 ko - 19/04/2016)
les pratiques culturales viticulture bio 2013 - les données (format xls - 85.5 ko - 26/01/2016)

les pratiques culturales viticoles en 2013

Des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

Le vignoble du val de Loire, de par son étendue, offre une grande variété de vins. En 2013, un printemps humide et frais a obligé à une protection fongicide accrue d’où 19,8 traitements en moyenne.

Les pratiques de conduite de la vigne diffèrent notablement au sein de ce bassin. L’enherbement progresse, mais demeure minoritaire dans le Cher.

Au total, 12,5 % des surfaces n’y reçoivent aucun herbicide. Malgré les formations certiphyto suivies par 95 % des viticulteurs, nombre d’entre eux ne se protègent pas suffisamment.

les pratiques culturales viticulture 2013 - la publication (format pdf - 1.3 Mo - 11/02/2016)
les pratiques culturales viticulture 2013 - les données (format xls - 93.5 ko - 14/01/2016)

les archives sur les pratiques culturales



les pratiques culturales orge 2011 - la publication (format pdf - 643.4 ko - 17/11/2015)
les pratiques culturales orge - les données (format xls - 120 ko - 17/11/2015)
les pratiques culturales colza 2011 (format pdf - 486.4 ko - 17/11/2015)
les pratiques culturales blé tendre 2011 (format pdf - 719.8 ko - 17/11/2015)
les pratiques culturales viticulture 2010 (format pdf - 718.2 ko - 17/11/2015)
les pratiques culturales viticulture bio 2010 (format pdf - 622.1 ko - 17/11/2015)