Contenu

Capricorne asiatique : bilan de la campagne 2016-2017

Pourquoi lutter contre le capricorne asiatique ?

Petit coléoptère de 2 à 3,5 cm au corps noir brillant moucheté de taches claires, le capricorne asiatique est particulièrement dangereux. C’est un ravageur primaire, capable d’attaquer des arbres en parfaite santé. Cet insecte se développant à l’intérieur du bois, ses dégâts sont peu visibles de l’extérieur, mais l’arbre est fragilisé et à terme, meurt.
Son expansion à l’échelle nationale engendrerait des enjeux :

  • sanitaire : cet insecte fait mourir les arbres en quelques années.
    Le seul moyen connu à ce jour pour le détruire est l’abattage et la destruction par broyage.
  • économique : fermeture de marchés d’exportation du bois.

Près de 48 000 arbres examinés par des arboristes

La nouvelle campagne de suivi par grimpage des arbres sensibles au capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis) a débuté au mois de novembre 2016 et s’est achevée mi-mai 2017.
Elle concerne la zone « infestée » dans un rayon de 100 mètres autour des arbres contaminés et la zone « tampon » dans un rayon de 2 km.
Cette surveillance couvre 42 km2 sur les communes de Gien, Nevoy, Poilly-lez-Gien, St Martin-sur-Ocre et Saint-Gondon.

Ainsi, près de 48 000 arbres ont été examinés (1 million avec les zones boisées) par les agents de l’Office national des forêts, la Fédération régionale de lutte contre les organismes nuisibles (FREDON) ou l’Agence de l’arbre.
Sur les 278 arbres suspects, 54 arbres sont contaminés de façon certaine et doivent être abattus et détruits. La plupart sont situés au cœur du foyer.

Une équipe cynophile à la recherche du capricorne

Pour la 2ème fois, une équipe de chiens renifleurs venus de Suisse est intervenue du 24 avril au 5 mai. Elle a permis de démontrer l’absence de contamination en périphérie des déchetteries. Cependant, plusieurs arbres contaminés ont été détectés sur la voie publique grâce à l’intervention des chiens.

Nouveauté 2017 : les arbres sentinelles

50 arbres « sentinelles » ont été implantés au cœur du foyer sur la commune de Gien afin de vérifier l’éradication de l’insecte. Un arbre « sentinelle » attire particulièrement le capricorne asiatique, il est surveillé de façon intensive puis abattu au bout de 2 ans. Des affichettes permettent de les repérer.

Autres méthodes de détection

Le capricorne asiatique a été découvert pour la première fois en France officiellement en avril 2003 sur la commune de Gien.
Depuis 2016, les méthodes de lutte ont évolué vers une surveillance exhaustive hivernale de tous les arbres sensibles, au moyen de l’observation directe de la surface du tronc et des branches par grimpeur professionnel.

En complément de la surveillance hivernale, 1000 arbres ont fait l’objet d’une surveillance estivale à la jumelle, période de vol et de reproduction de l’insecte, à la recherche de signes de ponte.

Conduite à tenir en cas de détection

Attention : si vous trouvez cet insecte adulte ou observez des trous d’émergence sur l’arbre de votre jardin, vous devez nous le signaler :
- soit en téléphonant au 02 38 77 41 03 ou au 02 38 77 41 11
- soit en écrivant à l’adresse sral.draaf-centre-val-de-loire@agriculture.gouv.fr
Dans ce cas, surtout ne transportez pas d’insecte vivant et attendez les consignes

Pour en savoir plus...

Retrouvez toutes les informations sur le foyer de Gien, la biologie de l’insecte, les symptômes, les espèces sensibles...