Contenu

La conjoncture élevage 2020

Décembre 2020

Les abattages s’essoufflent, mais la consommation de viande est plus dynamique

En décembre, les cours des vaches « R » et des agneaux restent favorables aux éleveurs. A contrario, le prix du porc poursuit sa chute. Les cours des jeunes bovins demeurent inférieurs à l’année précédente, même si les prix se stabilisent. Le prix des broutards est en baisse malgré une demande plus dynamique. Le climat commercial est morose pour le veau.

Quant aux abattages, ils s’essoufflent dans toutes les catégories, hormis en bovins. La consommation de viande des ménages progresse en raison du reconfinement. Le prix du lait de vache et de chèvre augmente en raison d’une offre saisonnière limitée. La hausse du cours des tourteaux affecte négativement les éleveurs de bovins. Le cours des oeufs est au plus bas.

La conjoncture élevage de décembre 2020 - la publication (format pdf - 727.6 ko - 29/12/2020)

Octobre 2020

De meilleurs prix, mais des abattages et une consommation en berne.

En septembre, les cours des vaches « R » et des agneaux se maintiennent au plus haut. Le prix du porc repart à la hausse. Mais la filière du jeune bovin s’enfonce dans la crise, alors que le marché du broutard est morose.

Quant aux abattages du mois d’août, ils s’essoufflent dans toutes les catégories par rapport à juillet 2020. La consommation de viande dans les foyers français est en baisse, hormis en pintades.

la conjoncture élevage d’octobre 2020 - la publication (format pdf - 536.6 ko - 27/10/2020)

Juillet 2020

En mai, les abattages régionaux reculent dans toutes les catégories. Les éleveurs se concentrent sur la fenaison et proposent moins d’animaux à la vente.

Les cours des viandes peuvent ainsi se maintenir, voire augmenter, alors que la restauration hors foyer ne reprend que timidement et que la météo devient moins propice aux grillades.

la conjoncture élevage de juillet 2020 - la publication (format pdf - 344.2 ko - 07/07/2020)

Mai 2020

Les éleveurs de bovins en grande difficulté face à la chute des cours

En mars, les abattages, en hausse par rapport au mois précédent, semblent peu affectés par le confinement débuté en milieu de mois. De même sur ce mois, les exportations de broutards se maintiennent.

Toutefois, les prix des viandes diminuent dans toutes les filières, ce qui crée des tensions. Le ramadan ne permet pas le redressement du marché du jeune bovin. Le marché de l’agneau repart sur une dynamique positive grâce aux promotions de Pâques. Le cours du porc charcutier baisse, en France comme dans les principaux pays producteurs européens.

La conjoncture élevage de mai 2020 - la publication (format pdf - 416.2 ko - 06/01/2021)

Mars 2020

En janvier, la filière avicole régionale tire les abattages vers le haut.

À la suite des vacances de février, les prix des vaches « R » repartent à la hausse. La fermeture d’un abattoir de veaux en Dordogne fait augmenter les prix. L’épidémie de coronavirus place dans l’expectative les marchés tournés vers les débouchés italien et chinois.

Le cours du porc charcutier semble repartir à la hausse alors que celui des jeunes bovins viande diminue. L’approche du ramadan consolide le marché des broutards.

La conjoncture élevage de mars 2020 - la publication (format pdf - 489.7 ko - 06/01/2021)