Contenu

La conjoncture générale agricole bimestrielle 2021

la conjoncture de juin

Le gel de début avril et la sécheresse jusque début mai pénalisent les productions agricoles. Avec des
températures élevées fin mars, le gel de début avril a lourdement frappé les vignes et vergers : les niveaux de perte sont exceptionnellement importants. La fraicheur, qui a perduré tout le mois d’avril et une partie de mai, a ralenti l’ensemble des productions ainsi que la pousse de l’herbe, déjà limitée par le manque d’eau en ce début de printemps. Les pluies tant attendues sont arrivées en mai.

Les cours des grandes cultures sont à des niveaux élevés, car les conditions météo des autres bassins de production inquiètent également.

Les abattages régionaux ralentissent, sauf en bovins. Les cours de la viande ont des évolutions disparates : celui du porc rebondit, celui de l’agneau baisse après Pâques, ceux des jeunes bovins et des veaux sont à la baisse. Les indices de prix atteignent des niveaux très élevés, le coût des aliments pour animaux devient très problématique pour la filière élevage.

la conjoncture de juin 2021 - la publication (format pdf - 1.5 Mo - 22/06/2021)

la conjoncture d’avril

Le gel de début avril a provoqué des dégâts importants en viticulture et en arboriculture, mais
également sur les betteraves industrielles.

Les autres grandes cultures bénéficient de conditions de culture plutôt prometteuses, sans trop de dégâts apparents de gel à ce stade. Les abattages régionaux marquent le pas. Les exportations de broutards poursuivent leur décrue saisonnière.

la conjoncture d’avril 2021 - la publication (format pdf - 1.1 Mo - 26/04/2021)

la conjoncture de février

Les grandes cultures pleines d’espoir, mais des marchés difficiles en viticulture et élevage

Après de semis dans de bonnes conditions, le froid stoppe la végétation. Les surfaces de cultures d’hiver sont en nette progression. La vendange est belle, mais le marché est perturbé par la crise sanitaire.

Les abattages 2020 sont en progression, avec une belle dynamique pour les fêtes de fin d’année. Les broutards sont à la peine, entre flambée des matières premières et faiblesse des cours.

la conjoncture de février 2021 - la publication (format pdf - 897.9 ko - 26/02/2021)