Contenu

La conjoncture générale agricole bimestrielle 2019

la conjoncture de novembre

La pluie retarde les semis

La pluie est de retour en octobre. Bénéfique après un été très sec, elle finit cependant par retarder
les semis de céréales. Elle aura manqué à la croissance du maïs et aux semis de colza. La vendange
est de qualité mais les volumes reculent par rapport à l’année dernière, sous l’effet de la sécheresse.
De même, les cueillettes de pommes et de poires régressent.

Les abattages de volailles sont particulièrement dynamiques. Les conséquences de la sécheresse se manifestent aussi encore du côté des productions animales, avec une accélération des exportations de
broutards.

la conjoncture de novembre 2019 - la publication (format pdf - 1.3 Mo - 15/11/2019)

la conjoncture de septembre

La sécheresse pénalise le maïs

Les récoltes des céréales à paille et des protéagineux sont abondantes. Celles de colza régressent
fortement. Les prix s’en ressentent : les cours des céréales pâtissent d’une offre abondante quand
ceux du colza bénéficient du recul de la production.

La sécheresse a perturbé les cycles culturaux des fruits, des légumes et de la vigne, affectant calibres
et rendements.

Les abattages de volailles et d’agneaux augmentent. Le cours du porc est au plus haut depuis trois
ans. Ce dynamisme ne s’étend pas aux cotations et abattages bovins.

la conjoncture de septembre 2019 - la publication (format pdf - 1.3 Mo - 01/10/2019)
la conjoncture de septembre 2019 - les données (format xls - 882 ko - 18/09/2019)

la conjoncture de juin

Les grandes cultures pâtissent de la sécheresse

Les grandes cultures subissent quelques désagréments : les cours se replient dans la perspective
de bonnes récoltes mondiales et la sécheresse fait l’objet d’inquiétudes. Les pics de production
des fraises et des asperges sont passés. La météo n’a pas encore été très favorable pour les concombres et salades. La production viticole de l’Indre-et-Loire pourrait être amputée en raison du gel.

Les exports de broutards et les abattages augmentent par rapport au mois précédent.

la conjoncture de juin 2019 - la publication (format pdf - 1.3 Mo - 18/06/2019)
la conjoncture de juin 2019 - les données (format xls - 1020.5 ko - 24/06/2019)

la conjoncture d’avril

Manque d’eau et premiers semis de maïs.

Les céréales sortent d’un hiver sec et sans rigueur, avec des conditions cultures encore correctes.
La pluie est désormais très attendue. Poires et poireaux laissent progressivement la place aux laitues, concombres et fraises. La vigne s’est rapidement développée avec la douceur des températures.

Les cours des viandes évoluent de manière contrastée alors que les abattages régionaux baissent en février.

la conjoncture d’avril 2019 - la publication (format pdf - 1.8 Mo - 17/04/2019)
la conjoncture d’avril 2019 - les données (format xls - 637 ko - 17/04/2019)

la conjoncture de février

Les surfaces de colza régressent de 23 %.

Début février, le tallage des céréales à paille est moins avancé qu’espéré, après une sécheresse qui a retardé les semis. Les cours se maintiennent à des niveaux bien meilleurs que l’an dernier : la concurrence est présente mais les stocks mondiaux régressent. Les ventes de poireaux sont plus dynamiques que celles de pommes et de poires. Les cours pratiqués au négoce des vins du Val de Loire baissent par rapport à la campagne précédente.

Excepté pour les veaux de boucherie, les cotations des bovins gagnent quelques centimes. Les abattages progressent, portés par les volailles.

la conjoncture de février 2019 - la publication (format pdf - 1.8 Mo - 14/02/2019)
la conjoncture de février 2019 - les données (format xls - 203 ko - 18/02/2019)