Contenu

Point presse « Entrepreneur du vivant », un choix de l’avenir

Lancée en juillet dernier par les ministres de l’agriculture et de la pêche dans le cadre du plan France relance, la campagne de communication sur l’attractivité des métiers de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt, du paysage, de la pêche et de l’aquaculture s’intensifie en ce mois de septembre :

  • de nouveaux spots TV viennent mettre en lumière les professionnels des secteurs dans leur univers, et les défis qu’ils relèvent au quotidien.
  • une campagne d’affichage visible jusqu’au 10 octobre dans les zones urbaines et semi-urbaines, au sein de plus de 5 000 commerces, via des écrans digitaux, et dans près de 500 gares en France dont 16 en région Centre-Val de Loire.
  • un important dispositif digital pour sensibiliser et faire connaître aux jeunes la diversité et la richesse des métiers du vivant, innovants et porteurs d’avenir. Elle sera relayée sur les réseaux sociaux, avec de nombreux contenus vidéos de jeunes en immersion dans le quotidien des professionnels.

Des métiers au cœur des problématiques d’aujourd’hui et de demain

Souveraineté alimentaire, lutte contre le changement climatique, transition écologique, alimentation sûre, saine et durable... Afin de relever ces défis, les métiers du vivant sont essentiels.

Aujourd’hui, le grand défi est d’être en capacité de nourrir 9 milliards d’être humains d’ici 2050, tout en luttant contre les effets du changement climatique et en conciliant les impératifs économiques, sanitaires et environnementaux.

Si notre agriculture et nos agriculteurs ont su faire face à la crise sanitaire pour nourrir les Français, notre souveraineté alimentaire reste fragile avec une trop grande dépendance aux importations.
De plus, les attentes sociétales en matière de circuits courts, de qualité des produits, de santé, d’environnement sont particulièrement fortes.

Mais le monde agricole a su faire preuve d’une grande capacité d’adaptation et d’innovation face aux profondes mutations des dernières décennies. Il est prêt à faire face aux nouveaux enjeux.
Les agriculteurs et le secteur de l’agroalimentaire sont pleinement engagés pour parvenir à un modèle plus durable, respectueux de l’environnement et économiquement robuste.
Les femmes et les hommes qui exercent ces métiers sont de véritables entrepreneurs du vivant au service de notre souveraineté alimentaire et de nos territoires.

Un enjeu majeur : le renouvellement des générations

Près de 45 % des chefs d’exploitations agricoles auront atteint l’âge du départ à la retraite dans les 5 ans dont une bonne part sans repreneur identifié.
Il y donc un enjeu crucial à attirer des jeunes vers les métiers de l’agriculture et vers les formations qui mènent à ces métiers, en cassant un certain nombre d’idées reçues. La campagne des Entrepreneurs du vivant met ainsi en lumière l’attractivité des métiers et leur grande diversité.

« Entrepreneur du vivant », un choix de l’avenir

Chaque année, plus de 210 000 jeunes rejoignent l’enseignement agricole pour se former aux métiers du vivant.
Pour le Centre-Val de Loire, les 33 établissements agricoles publics et privés de la région accueillent cette année 7 500 élèves et étudiants et 2 000 apprentis.

Les métiers du vivant offrent des milliers de possibilités : chacun peut trouver une formation et un emploi qui lui correspond. Au niveau national, des dizaines de milliers de postes sont à pourvoir chaque année, mais restent trop souvent vacants, par manque de candidats.
L’enseignement agricole offre des formations d’excellence et assure des emplois d’avenir.

Les #EntrepreneursDuVivant recrutent, rejoignez-les